RMC

"On n'arrive pas à dormir": environ 1.000 clients privés de chauffage par la grève à GRDF

Lancé mi-novembre par la CGT pour réclamer des augmentations de salaire, le mouvement de grève se poursuit chez GRDF. D'après le syndicat, environ 30 sites sur 300 sont bloqués ou perturbés. Conséquence: 1.000 clients sont sans gaz depuis cinq jours, et donc privés d'eau chaude et de chauffage. À Courbevoie, les habitants d'un immeuble ont froid depuis un mois... et ils vont devoir encore attendre.

Un mois après le début de la grève, une trentaine de sites GRDF sur 300 sont toujours occupés ou perturbés, selon la CGT. Le mouvement a été reconduit lundi en Assemblée générale. "Nous n'avons pas prévu qu'il s'arrête pendant les fêtes de fin d'année", explique la CGT. Il y aurait 3% de grévistes selon GRDF, "bien plus" selon la CGT.

Alors que l'inflation est à plus de 6% dans le pays, ils demandent des augmentations de salaire. Un accord salarial majoritaire a été signé le 18 novembre entre la direction et trois autres syndicats (CFDT, CFE-Energie, FO). Il prévoit 2,3% d'augmentation pour tous, en complément d'une augmentation du salaire national de base obtenue au niveau de la branche. La CGT demande 2,3% supplémentaires.

"Moins de 10 degrés dans certains logements"

Le problème, c'est que le manque de solutions d'urgence en cas de grève a de gros impacts sur le quotidien des ménages. Selon GRDF, environ 1.000 clients sont actuellement sans gaz et donc sans chauffage ni eau chaude depuis au moins de cinq jours, dont 800 rien qu'en Ile-de-France.

Sauf qu'avec des températures si basses, il fait très rapidement moins de 10 degrés dans certains logements. C'est le cas dans un immeuble de Courbevoie, dans les Hauts-de-Seine, où le chauffage est coupé depuis un mois.

"On a des couvertures et plus de plaids, on a plusieurs couches de vêtements mais on n'arrive pas à dormir", explique Zoé, 9 ans, avant d'aller au lit.

Un petit radiateur prêté par l'entreprise

Dans la chambre qu'elle partage avec sa petite soeur, il fait 14 degrés. "Si je pouvais, j'appellerais GRDF et je leur dirais 'quand le chauffage va-t-il arriver?' parce que là on n'en peut plus", ajoute la petite fille.

Encore faut-il pouvoir les contacter... GRDF est aux abonnés absents depuis un mois. Un petit radiateur électrique a été prêté par l'entreprise depuis cinq jours, mais pour 55 m2, ça ne suffit largement pas.

"Ils ne voient pas d'intervention avant le 15 janvier. On se sent un peu laissés à l'abandon, c'est un dialogue de sourds. On pose beaucoup de questions et on a très peu de réponses", déplore Yann, le père de Zoé.

Pour son voisin du dessous, Philippe, la situation est similaire. Sa fille, Zia, en a marre. "Je n'ai jamais d'eau chaude, j'ai que de l'eau froide. Même si je mets à fond, à 38 degrés", se désole Zia.

Des personnes fragiles, sans chauffage

Si en tant qu'adolescent, on peut réussir à supporter l'eau froide pendant quelque temps, ce n'est pas le cas de tout le monde. "Il y a ma voisine qui a 89 ans, c'est quand même quelque chose. Comme elle me dit 'j'ai fait la guerre, je n'ai jamais eu froid et là j'ai froid'", explique Philippe. Pour lui, la faute revient au distributeur, GRDF.

"Moi, je ne remets pas en cause le droit de grève en France, ce n'est pas le débat. C'est juste que dans ces cas-là, il faut trouver des processus pour des situations d'urgence", conclut-il.

Face à la situation et toutes les conséquences, cette co-propriété réfléchit à une action en justice contre GRDF.

AB avec Maryline Ottmann