RMC

Vers une légalisation du cannabis? "Il faut sortir de notre situation d'échec complet"

Plusieurs sénateurs PS ont publié mercredi une tribune dans laquelle ils affirment qu'une légalisation du cannabis est indispensable face à une situation "intenable". Pour Bernard Jomier, médecin et sénateur signataire de la tribune, c'est la seule solution pour endiguer les trafics.

Le débat n’est pas nouveau. C’est même un serpent de mer qui revient très régulièrement. La question de la dépénalisation du cannabis. Une trentaine de membres du groupe socialiste au Sénat dont leur président Patrick Kanner plaident pour la légalisation du cannabis et annoncent une concertation en vue du dépôt d'une proposition de loi face à une situation qu'ils jugent "intenable", mercredi dans une tribune au Monde.

Un débat important selon Bernard Jomier, médecin et sénateur PS. “On est le pays d’Europe où les jeunes consomment le plus de cannabis. Et c’est un véritable problème de santé. Et on est un pays où dans beaucoup de quartiers, la vie des habitants est pourrie parce que des réseaux mafieux prennent le contrôle de ce trafic. Et donc pour ces deux raisons, de santé publique et de sécurité publique, parce qu’il y a des millions de Français qui sont concernés, il faut sortir du statu quo actuel qui est un échec complet. Donc il faut agir”, assure-t-il ce jeudi matin sur RMC.

Il estime qu’il faut sortir de la position qui est de dire que comme c’est une substance qui est mauvaise pour la santé, il faut l’interdire.

“Évidemment, le cannabis est mauvais pour la santé, comme le tabac ou l’alcool. Mais une fois que vous avez dit ça, vous n’avez rien résolu du tout parce que ces substances, elles existent. Alors soit vous faites de la prohibition et vous êtes capables de la faire complètement. Mais on a vu par le passé par exemple avec la prohibition de l’alcool aux Etats-Unis, que quand vous n’y arrivez pas, il faut réguler. Et il faut réguler pour faire baisser le plus possible la consommation, empêcher les dégâts sur la santé et empêcher les dégâts dans des quartiers. Des pays comme le Canada ont légalisé et quand elle est bien faite, c’est-à-dire qu’elle est encadrée sur le plan sanitaire, sur la qualité, sur la quantité, on voit que la consommation des jeunes diminue. C’est ça, le véritable objectif”, détaille-t-il.

18 millions de Français ont déjà consommé du cannabis

Un rapport de l'Assemblée nationale publié en mai 2021 estimait que près de 18 millions de Français en avaient déjà consommé et qu'un 1,5 million en consomme régulièrement.

Invitée ce matin sur RMC, Sandrine Rousseau, députée Nupes-EELV de Paris, a assuré qu’elle soutiendrait cette idée de dépénalisation notamment parce qu’elle souhaite porter un coup aux trafics.

“Le cannabis fournit toute une économie secondaire avec des trafics internationaux et la légalisation permet de lutter contre ces trafics de manière bien plus efficace. Aujourd’hui, on s’attaque aux consommateurs, donc au bout de la chaîne, et aux personnes qui sont donc dépendantes de ce cannabis. Il n’y a pas de politique de Santé publique autour de ce cannabis puisque c’est interdit. La dépénalisation permettrait d’avoir une véritable politique de santé publique, c’est-à-dire de vérifier à qui on vend et ce que l’on vend. Je rappelle que dans beaucoup de régions les produits sont coupés avec d’autres produits qui sont extrêmement nocifs pour la santé et qui crée des dépendances. Nombre de jeunes tombent à cause de cette consommation-là”, appuie-t-elle.

Début 2019, près d'un Français sur deux (45%) se disait favorable à une légalisation, selon une enquête de l'Observatoire français des drogues et toxicomanies.

Guillaume Descours