RMC

Face à la crise, les bénévoles de la Protection civile en soutien du personnel hospitalier

Un membre de la Protection civile française charge un wagon de fret avec des palettes d'aide humanitaire à destination des Ukrainiens réfugiés en Roumanie, à Strasbourg le 23 mars 2022

Un membre de la Protection civile française charge un wagon de fret avec des palettes d'aide humanitaire à destination des Ukrainiens réfugiés en Roumanie, à Strasbourg le 23 mars 2022 - PATRICK HERTZOG © 2019 AFP

Triple épidémie, grève des médecins généralistes... Il n'en fallait pas tant aux hôpitaux, déjà en forte tension depuis plusieurs mois, pour se retrouver au bord du craquage. Face au manque d'effectif, la Protection Civile a été appelée en renfort comme c'est notamment le cas à Cholet ou Saint-Nazaire.

Les bénévoles de la Protection civile viennent au secours du personnel hospitalier, toujours en forte tension. C'est ce qu'il se passe en cette période de fin d'année dans plusieurs hôpitaux de France comme à Cholet ou à Saint-Nazaire.

Avec la triple épidémie Covid/Grippe/Bronchiolite, les services d'urgences français, déjà sous forte tension habituellement de par le manque d'effectifs et de moyens, le sont encore plus en ce moment, d'où ces demandes d'aide

Accueil des visiteurs, déplacements de brancard, aide aux patients... Voilà une dizaine de jours que les bénévoles de la Protection Civile aident aux urgences de l'hôpital de Saint-Nazaire. Un soutien précieux selon Fabien, infirmier dans le service. “Dans mon établissement en tout cas, toutes les mesures ont déjà été prises pour éviter d’en arriver là et malgré ça, nous sommes toujours autant débordés”, assure-t-il.

La faute à la triple épidémie de Covid-19, de grippe et de bronchiolite, mais pour Fabien, c'est loin d'être la seule raison.

"Ça fait 15 ans bientôt que je travaille à l’hôpital et je n’ai jamais connu une telle situation. Ça interroge sur la déliquescence de l’hôpital public. Le moindre épisode épidémique met l’hôpital complètement à terre”, appuie-t-il.

Le plan blanc déclanché en Savoie et dans l'Ain

Ces actions de soutien de la Protection Civile ne sont pas rares depuis deux ans, explique Louis-Clément Kreimps, le directeur aux affaires générales adjoint de la Protection Civile. Mais les demandes se sont multipliées ces dernières semaines.

“On est en cours de recensement sur ces actions, mais de tête il y a eu la Manche, le Calvados, Paris et sa couronne. On a au moins une vingtaine d’associations qui participent à ces actions de soutien aux hôpitaux”, détaille-t-il.

Autre domaine d'action de la Protection Civile, le transport en ambulance, pour ramener les patients chez eux par exemple. Face à la situation notamment aux urgences, le plan blanc a aussi été activé dans 10 hôpitaux de Savoie et de l’Ain jeudi.

Aymeric Dantreuille avec Guillaume Descours