RMC

Grippe: la France doit "redoubler d'efforts" sur la vaccination, selon l'OCDE

Des vaccins contre la grippe saisonnière, dans une pharmacie à Paris, le 13 octobre 2020

Des vaccins contre la grippe saisonnière, dans une pharmacie à Paris, le 13 octobre 2020 - Ludovic MARIN © 2019 AFP

La France est en retard dans sa campagne de vaccination contre la grippe selon l'OCDE. La campagne a été lancée le 18 octobre dernier mais connaît un démarrage très lent par rapport aux précédentes années.

La vaccination contre la grippe doit "redoubler d'efforts" en France après un "démarrage bien plus lent" que les années précédentes, qui fait "craindre un retour au niveau de couverture" pré-Covid, a indiqué l'OCDE lundi.

Les rappels se multiplient. Après les pharmaciens, les autorités sanitaires et le gouvernement, c'est maintenant l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) qui s'inquiète de la chute du taux de vaccination antigrippale.

La campagne officielle, lancée le 18 octobre, souffre d'un "démarrage bien plus lent qu'au cours des deux dernières années, laissant craindre un retour à un niveau de couverture d'avant la pandémie", soit "autour de 50% seulement" parmi la population âgée de 65 ans et plus, indique l'institution en marge de son "panorama" annuel des systèmes de santé européens.

Ce rapport souligne que l'irruption du Covid-19 avait dopé le taux de vaccination des seniors du vieux continent, de 37% en 2019 à 44% en 2020, tandis que la France avait enregistré un sursaut de 8 points et atteint le seuil des 60%.

En retard de 13% par rapport à 2021

Un niveau "plus ou moins maintenu" en 2021, mais encore éloigné des 75% recommandés par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), que d'autres pays tutoient pourtant, comme le Royaume-Uni, l'Irlande ou le Danemark.

Mais les derniers chiffres confirment la rechute: avec 5 millions de vaccins remboursés par l'Assurance maladie au 20 novembre, l'Hexagone est en retard de 13% par rapport à l'an dernier.

Le spécialiste de données de santé IQVIA recense pour sa part 9,3 millions de doses distribuées par les pharmacies, soit 8% de moins qu'au même stade de la campagne en 2021.

"Il faudra donc redoubler d'efforts au cours de la campagne nationale actuelle afin de maintenir, voire accroître, les niveaux plus élevés atteints au cours de la première année de la pandémie", estime l'OCDE.

La rédaction avec AFP