RMC

Voeux à la Santé: comment Emmanuel Macron veut tenter de rassurer le secteur

Le président de la République Emmanuel Macron adressera ses voeux à la santé ce vendredi dans un centre hospitalier de l'Esssone, dans le contexte d'un monde médical en tension qui n'attend plus grand-chose de l'exécutif.

C'est une première pour Emmanuel Macron. Après les voeux aux boulangers ce jeudi, place à ceux au secteur de la santé ce vendredi. Il a beau se prêter à l'exercice des voeux à toute une série de professions depuis qu'il est président, il ne les avait jusqu'à aujourd'hui encore jamais présenté directement au monde de la santé....

Comme RMC vous le révélait dès mercredi, Emmanuel Macron se rend à 10h ce vendredi au Centre hospitalier Sud Francilien, en Essonne. Il ira notamment à la rencontre des équipes du service pédiatrie pour échanger sur la prise en charge et sur les conditions de travail. Le président adressera ensuite ses voeux aux acteurs de santé hospitaliers et libéraux. Le tout dans un contexte difficile à l'hôpital et dans les cabinets en ville.

Le chef de l'Etat va donc chercher à rassurer un monde de la santé malade. Des voeux à la santé sans doute désormais devenus une nécessité au vu du manque de bras, et de la problématique des déserts médicaux, notamment.

A quoi s'attendre?

"Le système ne va pas bien, il souffre", reconnaît son ministre de la Santé, François Braun. Alors face à cela, le chef de l'Etat dévoilera une série d'annonces structurantes, promet l'Elysée, avec des clauses de revoyure très proches pour s'assurer de leur bonne exécution.

Le président pourrait présenter des mesures pour que les médecins aient plus de temps à consacrer aux soins et moins à l'administratif. Des mesures aussi pour intensifier la prévention. "Il faut aller plus vite et plus loin", dit un des ses conseillers. Une nouvelle présentation, après entre autres, le Ségur de la Santé.

"On n’en attend pas grand-chose. Je doute qu’il nous apporte les réponses qu’on attend maintenant depuis fort longtemps", concède ce vendredi sur RMC le Dr Christian Prudhomme, médecin urgentiste à Bobigny et élu régional (groupe LFI). "Il n'y a pas de remède miracle" reconnaît déjà l'Elysée.

Cyprien Pézeril (édité par J.A.)