RMC

Hausse de la mortalité sur les routes en octobre: pour Emmanuel Lagarde, "les gens font plus de vélo et donc le risque d’accident augmente"

Si la mortalité des automobilistes a baissé, la mortalité des piétons a bondi de plus de 70% par rapport à 2019, et la mortalité des cyclistes elle aussi.

Pour la première fois depuis la début de la crise sanitaire, la mortalité routière a augmenté. Plus 14% en octobre par rapport au même mois en 2019. Un total de 294 décès ont été enregistrés le mois dernier, soit 37 de plus qu'en octobre 2019.

>> A LIRE AUSSI - "Le sujet a été écrasé par des préoccupations sanitaires": pour la première fois depuis le début de la pandémie, la mortalité routière augmente

Depuis début 2021, la mortalité routière avait systématiquement enregistré une baisse par rapport au même mois en 2019.

“Ce que l’on voit, c’est qu’il y a une augmentation de la moralité chez les cyclistes et les piétons, chez les personnes de plus de 65 ans. Et j’attribue ça à un changement d’habitude. Les gens partent moins en voyage, ils font plus de vélo et donc le risque d’accident augmente”, explique Emmanuel Lagarde, président du comité des experts du conseil national de la Sécurité Routière.

Il précise par ailleurs que c’est à la campagne que les cyclistes se tuent le plus et non en ville comme on pourrait le penser.

Des mauvais réflexes?

Pour Yves Carra, porte-parole de l’automobile club association, le problème, c’est surtout que bon nombre d’usagers de la route ne connaissent pas les règles de base pour circuler à vélo ou même à pied.

“Ça s’apprend quand même à circuler en toute sécurité sur une route. Quand on est piéton par exemple, on ne marche jamais du côté de la route où les voitures arrivent dans votre dos. Des choses comme ça qui peut-être avec la multiplication des nouvelles mobilités ont amené des mauvaises habitudes. Et donc il y a des réflexes que les gens n’ont pas pour être en toute sécurité sur la route”, plaide-t-il sur RMC.

Malgré tout, l'un comme l’autre demandent de la prudence par rapport à ces chiffres qui ne concernent que le mois d’octobre. Trop peu donc pour véritablement dégager une tendance.

Guillaume Descours