RMC

"Je suis fier de la polémique qui m’oppose à l’Ordre des médecins" affirme Jean-Michel Cohen

En novembre 2015, l’Ordre des médecins a condamné le docteur Jean-Michel Cohen à deux ans d’interdiction d’exercice de la médecine, pour s’être fait de la publicité avec le site Savoir maigrir. Une décision confirmée par le Conseil d’Etat. Invité des Grandes Gueules, Jean-Michel Cohen explique qu’il va saisir la Cour européenne.

Michel Cohen n’est pas un médecin ordinaire. En 2015, il est condamné par l’Ordre des médecins à deux ans d’interdiction d’exercice de la médecine. Celui-ci lui reproche de s’être fait de la publicité en proposant des conseils nutritionnels personnalisés, destinés à favoriser la perte de poids, moyennant la souscription d’abonnements payants. Le verdict rendu Conseil d’Etat en mars a validé les deux années d’interdiction d’exercice. Invité dans les Grandes Gueules, il explique qu’il ne compte pas se laisser faire, et qu’il est toujours docteur, malgré la condamnation.

"Docteur est un titre universitaire. Concernant la polémique qui m’oppose à l’Ordre des médecins, j’en suis presque fier. J’ai toujours été à l’initiative des choses qui émergent, et je suis persuadé que les nouvelles technologies sont une ressource pour la médecine, pour les déserts médicaux et la prévention".

Jean-Michel Cohen explique qu'il n'avait nullement besoin de ce site pour atteindre de nouveaux clients. "L’Ordre des médecins polémique avec moi, parce qu’ils considèrent que je me fais de la publicité avec mon site internet. Il existe depuis 10 ans et est utilisé par 600 000 personnes. Je suis médiatisé depuis 20 ans, et je n’attendais pas après ça pour aller faire de la consultation dans mon bureau. L’affaire n’est pas de la jalousie, mais j’irais en Cour européenne parce qu’il n’y a aucune raison que les français soient pénalisés, par rapport aux Espagnoles, aux Belges, aux Anglais, aux Italiens".

Jean-Michel Cohen s’est ensuite réjouit de l’élection d’Emmanuel Macron, qui est le seul, selon lui, à parler de nouvelles technologies. "J’ajoute que l’ère Macron qui s’ouvre m’est favorable, parce qu’ils sont les premiers à parler de la prévention et des nouvelles technologies. Je viens d’investir dans une société de télémédecine donc ça ne va pas amuser mes opposants non plus".

Les Grandes Gueules avec A. B.