RMC

Pour Gérard Miller, "François Fillon ne sera pas très bon durant le débat, parce qu’il ne sait plus qui il est"

A quelques heures du Grand débat sur BFMTV et RMC, Gérard Miller, était l’invité des Grandes Gueules ce mardi. Le psychanalyste, récent soutien de Jean-Luc Mélenchon, estime que François Fillon sera "absent" du débat.

Quel regard porte un psychanalyste sur les candidats à la présidentielle? A quelques heures du "Grand débat" entre les 11 candidats sur RMC et BFMTV, le psychanalyste Gérard Miller a fait un pronostic dans les Grandes Gueules concernant François Fillon. Selon lui, le candidat Les Républicains aura la même attitude que lors du premier débat, c’est-à-dire de la retenue et des absences. 

"Je regarderai un candidat tout particulièrement, c’est François Fillon. C’est le personnage le plus étonnant de cette campagne. On en faisait souvent un second rôle parce qu’il a été le Premier ministre martyrisé de Nicolas Sarkozy, mais aujourd’hui c’est un premier rôle. C’est vraiment un personnage étonnant psychologiquement. Je fais le pari qu’il ne sera pas très bon ni très présent durant le débat. Il a été absent au premier débat et je crois que c’est parce qu’il ne sait plus qui il est. Il y a un vrai problème psychologique pour lui. Aussi bizarre que cela puisse paraître, c’est un peu comme Cahuzac".

Pour le psychanalyste, François Fillon n’a jamais été insincère mais simplement déconnecté du réel. "On s’imagine que ce sont des gens insincères, mais je crois qu’il est vraiment sincère. Il croit vraiment qu’il a été intègre, qu’il pouvait faire ce qu’il a fait avec ses costumes, avec sa femme et tout d’un coup, tout ça s’effondre. Il s’est identifié à cela, c’était son personnage. D’un seul coup, il se rend compte à quel point il ne tient pas la route. Vous pouvez plus facilement changer de politique que changer de personnage. Il s’est identifié à un homme, qui est un catholique pur et dur, un homme honnête. Je ne sais pas comment il a pu le fabriquer. C’est quand même quelqu’un qui a été capable de dire à ses ministres de refuser tous les cadeaux, et qui s'est fait offrir une montre à 10.000 euros quand il était Premier ministre".

"Il est dans un monde de folle-dinguerie dont lui-même souffre"

"L’histoire des costumes, ce n’est pas forcément la somme qui est impressionnante, c’est qu’il ne comprend même pas où est le problème. Quand il dit chez France 2 qu’il les a rendus, c’est du délire. Ce sont des costumes sur mesure alors à qui les a-t-il rendus? Il ne les a pas donnés à Emmaüs. Il est dans un monde de folle-dinguerie dont lui-même souffre. Ses arguments de défense sont des arguments insensés. Quand je dis qu’il ne sait plus qui il est, c’est parce que chaque fois qu’il doit parler de lui, il dit une connerie. Quand on sait par sa déclaration de patrimoine qu’il gagne 23.000 euros par mois, et qu’il répond à Jean-Jacques Bourdin qu’il ne peut pas mettre de l’argent de côté, c’est incompréhensible".

Les Grandes Gueules avec A. B.