RMC

Présidentielle 2022: "Il y a ceux qui ont le goût du pouvoir et ceux comme Ciotti ou Zemmour, qui veulent juste exister", juge Bruno Dive

L'éditorialiste publie une livre, "Les Kamikazes 2022", où il analyse les politiques à se lancer dans la campagne présidentielle.

C’est le grand embouteillage à droite à quelques mois de l’élection présidentielle. Si Xavier Bertrand et Valérie Pécresse avaient déjà annoncé leur candidature, certains autres personnalités de droite comme Eric Ciotti ont fait part de leur volonté de se présenter à une primaire de la droite.

Pourtant certains noms semblent avoir peu de chance de bien figurer dans la course à la présidentielle. Alors qu’est-ce qui les pousse à se lancer dans une campagne politique?

>> A LIRE AUSSI - Primaire à droite: Nicolas Sarkozy "méprise" tous les candidats LR

L'éditorialiste Bruno Dive, auteur du livre Les Kamikazes 2022, tente d’expliquer ce qui les motive. “Je cherche à comprendre pourquoi ils veulent tous jouer des coudes pour occuper le poste”, explique-t-il.

Il revient d’abord sur son titre et l’utilisation du mot “kamikaze”. 

“Il faut quand même une petite dose d’inconscience pour se précipiter comme ça sur l’Elysée. D’abord, il faut se lancer dans une campagne qui va être longue, complètement folle, très dure et très difficile. Et puis après pour celui ou celle qui sera élu, pour exercer un job qui on l’a vu depuis plusieurs années, est de plus en plus difficile et ingrat”, explique-t-il au micro des Grandes Gueules.

"Le goût du pouvoir"

Il estime également que si les motivations peuvent être variées, certains ont surtout besoin de ça pour exister.

“Chacun a ses motivations. Il peut y avoir un côté de revanche sociale, de revanche sur ses amis politiques chez certains. Et pour d’autres, c’est la consécration d’un parcours. Et pour d’autres encore, c’est le goût du pouvoir tout simplement. Et puis il y a tous ceux qui sont candidats pour exister, pour peser. On en a eu un exemple tout récent avec Eric Ciotti ou Eric Zemmour s’il se présente. Personne ne peut imaginer qu’il soit président de la République, mais il a quand même cet ego suffisant pour se lancer dans la campagne”, assure-t-il.
Guillaume Descours