RMC

Comment Emmanuel Macron prépare sa campagne de réélection

LE JOURNAL DU OFF - Retrouvez tous les jours dans RMC Bonjour toutes les infos du service politique pour connaître les coulisses de la présidentielle.

C'est l'heure de notre rendez-vous avec le service politique de RMC. Tout ce que vous n'avez pas vu, tout ce que vous n'avez pas entendu. Le journal du off vous emmène chaque matin dans les coulisses de la campagne présidentielle.

Emmanuel Macron n'est pas encore candidat, mais les stratèges de la Macronie affinent leur stratégie. C'est le off du jour.

Celui qu'on surnomme le maître des horloges veut choisir le bon timing pour entrer dans la campagne. Et certains de ses proches veulent se servir de l'Europe comme d'un tremplin. Vous le savez, début 2022, la France prendra les rênes de l'Union européenne. Et il y a une date qui est marquée en rouge dans l'agenda du Président : le 19 janvier.

>> A LIRE AUSSI - Réduction de visas venant du Maghreb: Macron court-t-il après l'extrême droite?

Ce jour-là, Emmanuel Macron doit prononcer un grand discours à Strasbourg puis débattre avec les députés européens. "Les parlementaires vont le bousculer. Ce sera en réalité le premier débat" résume un stratège du Palais qui milite pour une candidature du Président dans la foulée.

Une candidature en janvier qui aurait un autre objectif: se donner le temps de reconquérir les Français. Car en 5 ans, l'image d'Emmanuel Macron s'est abîmée. Sentiment d'un président arrogant, hors-sol, déconnecté. Un ministre, proche de Macron, résume la situation. "C'est comme en 2017, mais à l'envers."

Il y a 5 ans, les Français disaient "il est jeune, il est sympa, mais est-ce qu'il peut être Président ?" Aujourd'hui, c'est plutôt " ok, il est Président, mais est-ce qu'il est proche de nous ?"

La campagne a déjà commencé à la République en Marche

Ce week-end à Avignon, il y avait tout le gratin de la Macronie. Ministres, parlementaires, cadres, militants. Les sondages sont flatteurs, mais gare à l'excès de confiance avertit un cadre. "Rien n'est écrit"... regardez Eric Zemmour.

En privé, un ministre encore plus dubitatif, "cette fois, Macron est le sortant, c’est vraiment différent". "Être réélu, personne ne l’a jamais fait". Personne depuis Jacques Chirac en tout cas.

Pendant ce temps-là, à droite, d'anciens cadres de Debout la France pas tendre avec leur ancien patron.

Ambiance glaciale hier au cirque d'hiver. Premier meeting de Nicolas Dupont-Aignan. Des drapeaux tricolores mollement agités, des gradins clairsemés. 550 participants alors que la salle peut en accueillir 1600.

“C'était crépusculaire, hors du temps, quel gâchis”, commente cet ancien de Debout la France parti avec 200 cadres rejoindre le RN. "En 2017, le cirque d'hiver, on le remplissait sans effort”, se désole un autre transfuge du parti.

Il a le même programme que Marine Le Pen, "on ne comprend pas pourquoi il reste désespérément seul".

Seul, peut-être, mais qu'importe les critiques, Nicolas Dupont-Aignan veut aller jusqu'au bout.

Il a d'ailleurs déjà réuni 450 parrainages pour se présenter à l'élection présidentielle. Il lui en manque 50. Nicolas Dupont-Aignan ira les chercher du côté des agriculteurs, à Clermont-Ferrand, au salon de l'élevage jeudi. Où il croisera une certaine Marine Le Pen. Ils pourront toujours invoquer les mesures sanitaires pour ne pas se serrer la main.

Un débat Zemmour-Onfray

Vous avez aimé Zemmour-Mélenchon ? Vous allez peut-être adorer Zemmour-Onfray. Le journaliste débat ce soir avec le philosophe. Ca se passe au Palais des Congrès de Paris. Et à guichets fermés s'il vous plaît. 3700 places et plus aucun ticket. Tout a été vendu en l'espace de 10 jours.

>> A LIRE AUSSI - Zemmour candidat à la présidentielle? "Je ne suis plus très loin de prendre ma décision" confie-t-il sur RMC

Le philosophe Michel Onfray face au journaliste Eric Zemmour, 2 heures de débat. Les temps de parole seront chronométrés. Il sera question sans surprise d'islam, d'immigration, de sécurité, mais aussi d'économie, de questions sociales, de féminisme. "L'occasion pour Zemmour de muscler son bras gauche", ose l'un de ses soutiens qui espère rallier les souverainistes de gauche proches de Michel Onfray.