RMC

"Le compte n'y est toujours pas": en colère, les boulangers manifestent pour réclamer de l'aide

Un peu partout en France, et notamment à Paris, des boulangers sont attendus dans les rues pour manifester leur mécontentement et réclamer un soutien financier pour faire face à l’envolée des prix de l’énergie.

Une première depuis l’explosion des tarifs énergétiques. Les boulangers français se retrouveront dans la rue ce lundi pour réclamer des aides financières face à l'envolée des prix de l'énergie. A Paris, le départ du cortège est programmé à 14h au départ de la place de la Nation.

Le mouvement, lancé par un collectif de boulangers sur Facebook et notamment porté par l’artisan-boulanger niçois Frédéric Roy, revendiquera notamment l’application du bouclier tarifaire pour tous les artisans pour limiter la hausse des tarifs à 15%, comme pour les particuliers.

Car si le gouvernement a déjà annoncé une série d'aides pour les artisans (entre autres avec le bouclier tarifaire sur les prix de l'énergie pour les TPE, le guichet d'aide au paiement des factures d'énergie, le report du paiement des impôts et des cotisations sociales, ainsi que la résiliation sans frais des contrats d'énergie aux prix exorbitants), cela reste insuffisant pour le collectif à l'origine de la mobilisation, qui redoute de nombreuses fermetures de boulangeries.

"Un sacrifice financier" nécessaire pour alerter

Des boulangers des quatre coins de la France sont attendus pour participer à cette manifestation. Du côté de Saint-Brieuc (Côtes d’Armor) par exemple, les propriétaires de la boulangerie “Au Boulevard” feront le déplacement jusque dans la capitale.

Malgré une affaire familiale qui tourne, l’établissement se retrouve en difficulté depuis que les tarifs de l’énergie ont bondi. En janvier, Sonia et Mathieu, le couple qui gère cette boulangerie, devront s’affranchir d’une facture d'électricité d'environ 6.000€ en janvier, soit une augmentation des frais de près de 200%. “Là, on va crever”, lance Sonia avec inquiétude.

Pour le couple, les aides guichet arriveront en mars. L’amortisseur couvrira moins de 500€. Alors, la seule issue pour le couple, est de fermer ce lundi et de prendre le train pour Paris pour manifester. Ils seront d’ailleurs suivi par leurs enfants, leurs parents et leurs employés, quiu ont tous décidé de les suivre.

Romain, 16 ans, l’un des fils du patron, explique qu’il est “né avec cette boulangerie”. “Je suis attaché à mes parents, et donc au métier de mes parents”, ce qui le pousse donc à suivre le mouvement pour aller donner de la voix dans le cortège de boulangers.

Le pâtissier de l’établissement sera aussi de la partie. Pour Sonia, le fait d’être “soutenue comme ça, cela me touche beaucoup”, explique-t-elle les larmes aux yeux. Son conjoint, Mathieu, rappelle par ailleurs que les boulangers ne “descendent pas souvent dans la rue”, ce qui prouve donc la difficulté de la situation actuelle.

“C’est un sacrifice financier. Le chiffre d’affaires de ce lundi va être de zéro. Quand on n'a plus rien à perdre, on peut perdre une journée de chiffre d’affaires”, assume Sonia, la conjoite du patron de la boulangerie “Au Boulevard”.

"Des gens sont à deux doigts de tout perdre"

Alexandra Faure, boulangère à Valdahon (Doubs) et invitée de "Charles Matin" ce lundi sur RMC et RMC Story, sera aussi dans les rues parisiennes ce lundi. “Il y a urgence. On dit depuis le mois de novembre que ça va être très compliqué, et là on rentre dans le dur”, explique-t-elle.

Demandant des aides “pérennes” plutôt que des “aides pansements”, l’artisane explique de son côté que sa facture d’électricité va passer de 16.000 à 41.000€ cette année. Pour elle, les aides de l’Etat avoisinent les 6.000€.

“Il me reste 18.000€ à trouver, sur une petite entreprise avec deux salariés et deux apprentis. Mais je n’ai pas de baguette magique. J’ai déjà augmenté mes tarifs mais je ne peux pas les augmenter plus, sinon nous n’aurons plus de clients”, déplore Alexandra Faure.

Malgré les aides annoncées par le gouvernement visant les TPE françaises, Alexandra Faure explique que “le compte n'y est toujours pas”. “Aujourd’hui, les artisans, et pas que les boulangers, vont descendre dans la rue. (...) Il y a des gens dans ce pays qui sont à deux doigts de tout perdre”, dit Alexandra Faure, qui réclame un véritable bouclier énergétique pour tous.

En parallèle, d’autres manifestations de boulangers sont prévues aujourd’hui en France, à Saint-Omer (Pas-de-Calais) et à Périgueux (Dordogne) notamment.

Nicolas Traino avec Alexis Lalemant