RMC

Missile en Pologne: "C'est probablement un accident malheureux" selon le président polonais

Le missile qui a atterri mardi en Pologne, près de la frontière ukrainienne, tuant deux personnes, serait issu des systèmes ukrainiens de défense anti-aérienne. Cela serait donc "un accident malheureux", selon la Pologne. Ce tir de missile avait fait craindre une nouvelle escalade dans la guerre en Ukraine, la Pologne étant membre de l'Otan.

Les États-Unis, la Belgique, la Pologne et maintenant l'Otan s'accordent pour dire que le missile qui a atterri mardi sur les terres polonaises est probablement issu des systèmes ukrainiens de défense anti-aérienne.

L'Otan ne dispose "d'aucune indication" permettant d'attribuer cette explosion mortelle à "une attaque délibérée" contre ce pays, a estimé, ce mercredi, le secrétaire général de l'Alliance, Jens Stoltenberg.

Le missile a tué deux hommes dans le village polonais de Przewodow en frappant un bâtiment agricole, laissant la Pologne sous le choc, son armée en état d'alerte renforcée, et faisant craindre une nouvelle escalade de la guerre en Ukraine.

La Russie nie et se défend

Quelques heures après cette frappe, la Pologne avait réuni en urgence son Conseil de sécurité nationale et convoqué l'ambassadeur de Russie pour "des explications détaillées immédiates".

Plusieurs chefs d'État dont Joe Biden, Olaf Scholz ou encore Emmanuel Macron, avaient appelé à la prudence et à la retenue, dans l'attente des résultats de l'enquête. De son côté, Kiev avait immédiatement accusé la Russie, qui s'était défendue et avait nié.

"Les frappes de haute précision n'ont été menées que sur le territoire de l'Ukraine à une distance supérieure à 35 kilomètres de la frontière ukraino-polonaise", a déclaré dans un communiqué le ministère russe de la Défense.

"C'est probablement un accident malheureux, hélas"

Selon lui, les débris retrouvés en Pologne "ont été identifiés de manière catégorique par des spécialistes russes (...) comme un élément d'un missile guidé antiaérien des systèmes de défense antiaérienne S-300 des forces armées ukrainiennes".

C'est "probablement un accident malheureux, hélas", a donc affirmé le président polonais Andrzej Duda.

Pour autant "une enquête sur cet incident est en cours et nous devons attendre ses résultats", a souligné Jens Stoltenberg, à l'issue d'une réunion des ambassadeurs de l'Otan au siège de l'organisation à Bruxelles.

Une journée marquée par d'intenses bombardements

"Soyons clairs. Ce n'est pas la faute de l'Ukraine [...] La Russie porte la responsabilité ultime alors qu'elle poursuit sa guerre illégale contre l'Ukraine. La Russie doit cesser cette guerre insensée", a-t-il ajouté, en réitérant le soutien de l'Otan à Kiev dans son "droit à l'auto-défense" et sa pleine solidarité avec la Pologne.

La Pologne, qui partage une frontière avec l'Ukraine, envahie le 24 février par la Russie, est membre de l'Otan. Quelque 10.000 militaires américains se trouvent sur son territoire.

Ce tir est intervenu au soir d'une journée marquée par d'intenses bombardements russes sur les infrastructures ukrainiennes et sur des immeubles résidentiels, qualifiés par le président Zelensky de "gifle au visage du G20".

Astrid Bergere