RMC

Commando Erignac: Alessandri et Ferrandi transférés vers une prison corse

Après la mort d'Yvan Colonna à la prison d'Arles, le Premier ministre avait annoncé le transfert en Corse des deux autres membres du commando qui avait conduit à la mort du préfet Erignac. Alain Ferrandi et Pierre Alessandri sont transférés ce lundi vers la prison de Borgo.

C'était une demande de longue date des détenus et familles corses. Le transfert d'Alain Ferrandi et Pierre Alessandri, les deux derniers membres du commando condamné à la perpétuité pour l'assassinat du préfet Erignac, était en cours lundi vers la prison corse de Borgo. Les deux prisonniers ont quitté lundi matin la prison centrale de Poissy (Yvelines) et sont ce lundi à bord d'un avion qui doit atterrir à l'aéroport de Bastia-Poretta en début d'après-midi. Promesse tenue donc par le Premier ministre Jean Castex qui avait annoncé le 22 mars ce transfert "d'ici mi-avril".

Ce rapprochement, réclamé de longue date par les deux détenus, a été rendu possible par la levée le 11 mars par Jean Castex de leur statut de "détenus particulièrement signalés". La levée de leur statut de DPS avait été annoncée dans un contexte de vives tensions en Corse, après l'agression d'Yvan Colonna à la prison d'Arles, le 2 mars, agression dont il est décédé le 21 mars.

Tentative d'apaisement

Venu mi-mars en Corse pour tenter d'apaiser une situation tendue après deux semaines de colère et de manifestations virant aux violences, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, avait conditionné ce rapprochement des deux derniers membres du "commando Erignac" à un retour au calme sur l'île. "Ce ne peut pas être la rue qui commande", avait-il insisté.

Pierre Alessandri, 63 ans, et Alain Ferrandi, 62 ans, arrêtés en 1999, ont été condamnés en 2003 à la réclusion criminelle à perpétuité pour leur participation à l'assassinat du préfet Claude Erignac le 6 février 1998, à Ajaccio. Le troisième membre du commando Erignac, Yvan Colonna, 61 ans, également condamné à la réclusion criminelle à perpétuité, était pour sa part détenu à la maison centrale d'Arles (Bouches-du-Rhône), là où il a été mortellement agressé par un codétenu début mars.

Et maintenant?
Alain Ferrandi attend le 21 avril la décision de la cour d'appel de Paris sur sa demande d'aménagement de peine sous un régime de semi-liberté à la prison corse de Borgo. Cette demande avait été acceptée le 24 février en première instance mais avait fait l'objet d'un appel suspensif du parquet national antiterroriste.
Pierre Alessandri devra lui attendre le 12 mai pour connaître la décision du tribunal d'application des peines antiterroriste concernant sa demande d'aménagement de peine, également sous le régime de semi-liberté au centre pénitentiaire de Borgo.

Avec AFP