RMC

Procès Morandini: ce qu’il faut savoir des accusations avant la comparution du présentateur

Le présentateur de CNews, Jean-Marc Morandini, comparaît ce lundi devant le tribunal correctionnel de Paris dans une affaire où il est accusé de corruption de mineurs. Il aurait demandé des faveurs sexuelles à des mineurs dans le cadre de castings.

Six ans après les accusations, l’heure du jugement est arrivée. Jean-Marc Morandini, le sulfureux présentateur de la chaîne CNews, est jugé ce lundi pour corruption de mineurs devant le tribunal correctionnel de Paris.

L'animateur est accusé d'avoir approché trois adolescents sous couvert de casting ou sur les réseaux sociaux pour leur demander des faveurs sexuelles.

L'affaire avait été révélée en 2016 par l'hedomadaire Les Inrocks, qui avait décrit les méthodes douteuses prêtées à Jean-Marc Morandini lors de castings pour l’une de ses productions.

A l’époque, l'un des plaignants n'a que 16 ans lorsqu’il rencontre alors Jean-Marc Morandini, qui l'a repéré sur un site internet de castings. En 2009, la vedette du PAF cherche des acteurs pour une web série érotique, un remake du film Ken Park interdit aux moins de 18 ans.

L'adolescent, selon son récit, se rend alors au domicile du présentateur qui lui aurait demandé de se dénuder et de se masturber. Pour sa défense, Jean-Marc Morandini dit n'avoir aucun souvenir de sa rencontre avec l'adolescent.

"Un lynchage médiatique" selon ses avocates

Deux autres plaignants accusent l'animateur de leur avoir fait des propositions sexuelles sur les réseaux sociaux quand ils n'avaient que 15 et 16 ans,entre 2013 et 2015, et qu'ils adulaient le présentateur. Le présentateur aurait demandé des photos du sexe de l'un et des faveurs sexuelles à l'autre.

Âgé de 57 ans, Jean-Marc Morandini risque aujourd'hui 5 ans de prison et 75.000 euros d'amende si les faits sont avérés. Ses avocates dénoncent “un lynchage médiatique terrible” contre leur client, estimant avoir "l'impression qu'on veut à tout prix que M. Morandini soit jugé", selon les propos de Me Corinne Dreyfus-Schmidt, recueillis par l’AFP. La défense devrait donc plaider la relaxe lors du procès.

Marion Dubreuil (avec Alexis Lalemant)