RMC

Présidentielle: Yvan Le Bolloc'h explique son choix au second tour

Comédien et membre du parlement de l’Union populaire, Yvan Le Bolloc'h va voter pour Emmanuel Macron ce dimanche face à Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle. Un choix qu’il a expliqué dans "Apolline Matin" ce mardi sur RMC et RMC Story.

C’est l’une des grandes questions du second tour de l’élection présidentielle. Que vont faire les électeurs de Jean-Luc Mélenchon, troisième du premier tour avec 22% des voix ? S’abstenir, voter pour Emmanuel Macron ou voter pour Marine Le Pen ? Yvan Le Bolloc'h, comédien et membre du parlement de l’Union populaire (La France insoumise), a expliqué son choix dans "Apolline Matin" ce mardi sur RMC et RMC Story. "Je vais aller voter, je vais faire mon devoir de citoyen. Et par tous les pores de ma peau, transpirent les valeurs de la République. Je voudrais rendre un hommage à tous les enseignants que j’ai croisé et qui m’ont donné les armes pour pouvoir voter, non pas par colère ou dépit, voire résignation, mais avec raison. Dans la politique, j’ai des adversaires et j’ai aussi des ennemis. Donc je sais très bien pour qui je ne voterai pas dimanche."

Contre Marine Le Pen et pour Emmanuel Macron, donc ? "Oui, pour qu’on garde nos institutions en l’état, répond Yvan Le Bolloc'h. Dans les vœux de Marine Le Pen, il y a la préférence nationale et il faut modifier la Constitution. Mais d’où elle va modifier la Constitution ? C’est rédhibitoire." Après que Jean-Luc Mélenchon a appelé à voter contre Marine Le Pen au soir du premier tour, en le répétant plusieurs fois, La France insoumise n’a pas donné de consigne. "Chacun est responsable de son vote, assure Yvan Le Bolloc’h. Les électeurs sont suffisamment grands et renseignés sur ce qu’il se passe dans le pays."

"Il y a une colère incroyable dans le pays"

Après le second tour, en cas de victoire, Emmanuel Macron devra quand même avoir conscience de la "colère" qui s’est répandue en France selon Yvan Le Bolloc’h. "Quand Monsieur Macron donne des interviews à Valeurs actuelles, un journal d’extrême droite, comment on fait ? Il faut qu’il muscle son jeu, c’est quand même chaud. Il y a une colère incroyable dans le pays, souligne le comédien. Entre le haut et le peuple, il manque cette prise de température sur le terrain. J’ai pu, comme d’autres militants associatifs, la ressentir sur le terrain, à chaque fois que je suis allé discuter avec des Gilets jaunes. Personne n’a pas pu mesurer le niveau de détestation du président."

Et comment calmer cette colère ? "Ça dépend de ce qu’il va faire après, prévient Yvan Le Bolloc’h. S’il commence à s’attaquer aux services publics, la dernière richesse des pauvres, comme il l’a fait en supprimant 17.000 lits, quelle aberration… S’il s’attaque à l’enseignement en voulant récompenser les enseignants au mérite, quelle blague… S’il s’attaque à des privatisations supplémentaires… Qu’est-ce qu’il va se passer ? Il va y avoir des Gilets jaunes puissance 10. Tous les samedis, ça va revenir."

LP