RMC

Covid: les professionnels de santé dénoncent des règles de vaccinations floues

La 9e vague de Covid est bien présente dans l'Hexagone: tous les indicateurs sont à la hausse. Celui qui ne l'est pas, c'est la vaccination. Seuls 35 à 40 % des 60-80 ans ont reçu une 4e dose de vaccin et 20% des plus de 80 ans. Des chiffres largement insuffisants, pour le ministre de la Santé. Problème: de nombreux professionnels de santé dénoncent un manque de clarté, notamment sur les règles de vaccination.

Le Covid est toujours là. + 30,5 % pour le taux d'incidence sur sept jours, + 15,9 % d'hospitalisations, + 7% du taux de positivité: la 9e vague de la pandémie frappe l'Hexagone. Le problème, c'est que le taux de vaccination, lui, n'augmente pas aussi vite.

Le ministre de la Santé a renouvelé lundi son appel à la responsabilité. Seulement un cinquième des plus de 80 ans ont reçu une quatrième dose, c'est même moins que les 60-80 ans. Parmi ces derniers, 35-40 % ont reçu une injection de rappel. Dans un cas comme dans l'autre, "c'est largement insuffisant", estime François Braun.

La faute à qui ? Beaucoup de professionnels de santé (épidémiologistes, pharmaciens et médecins généralistes) dénoncent un manque de clarté dans la communication, particulièrement sur les règles de vaccination. Certains réclament même que le gouvernement incite la population générale à faire une dose de rappel.

"Il pourrait y avoir un rappel via l'application"

Concrètement, d'après le gouvernement, la vaccination est ouverte à tous. "Je n'étais pas au courant", dit un habitant de Paris. "C'est pour une nouvelle dose de rappel ? Parce que je ne me rappelle plus combien il y en a eu", ajoute un autre. Comme le disent certains professionnels de santé, les règles sont floues.

"Il pourrait y avoir un rappel via l'application qui informe de la possibilité de faire une nouvelle dose. Je pense que c'est assez facile à mettre en place", propose une passante.

Par conséquent, certains pharmaciens appliquent les consignes à la lettre et ne vaccinent pas tout le monde. Il est officiellement recommandé de faire une dose de rappel pour les personnes de plus de 60 ans, les immunodéprimés, les femmes enceintes, celles qui sont à risque de faire des formes graves ou encore celles en contact régulier avec des personnes fragiles.

"Si la personne n'est pas dans le cadre, je ne la vaccine pas. J'ai appelé Doctolib et je leur ai dit que je ne pouvais pas les vacciner", explique une pharmacienne, basée à Paris.

Les prises de rendez-vous explosent

Pourtant, les demandes de vaccination pour les moins de 60 ans sont bien là. "Les prises de rendez-vous explosent depuis une petite dizaine de jours", affirme Dr André Sebbah. Pour autant, lui aussi refuse certaines personnes non-éligibles.

"La vaccination sert à protéger les formes graves. On n'est plus dans la stratégie d'empêcher la transmission du virus, donc la vaccination générale pour moi, c'est non", poursuit-il.

Finalement personne ne semble vraiment d'accord. Globalement, il est recommandé de se faire vacciner dès lors qu'on risque de développer des formes graves. Aussi, si quelqu'un en très bonne santé souhaite faire une dose de rappel, il peut même s'il aura peut-être un peu de mal à trouver un pharmacien ou un médecin pour le faire.

"Le vaccin est important, mais il ne faut pas oublier les gestes barrière", rappelle de son côté Alain Fischer, ancien "M. Vaccin" du gouvernement. "Pour moi, le masque est hautement le bienvenu et fortement recommandé".

AB avec Marion Gauthier et Kévin Gasser