En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Le nombre de morts sur les routes a augmenté de 8,9% en janvier par rapport à l'année dernière.
 

Le nombre de morts sur les routes en janvier a augmenté de 8,9% par rapport à l’année 2016, communique vendredi l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR). Des chiffres alarmants qui ne sont pas surprenants pour Claude Got, chercheur sur le sujet. Pour lui, le principal responsable n’est autre que le gouvernement. Voici ses explications pour RMC.fr.

Inscrivez-vous à la Newsletter RMC

Newsletter RMC

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • gochexit
    gochexit     

    Au lieu de regarder sereinement la route et de conduire en fonction de la configuration routière, des intempéries, de la circulation, les automobilistes martyrisés par les racket fiscaux ont leur attention et leur concentration détournées pour la surveillance des panneaux de LVF (Limitation de Vitesse Fiscale, 1 seul raté et c'est un risque de rançon).

    Cet aspect pervers de cette politique de répression intensive induit forcément accidentogène mais rapporte de l'argent gaspillés ensuite par ailleurs.

  • gochexit
    gochexit     

    Au lieu de regarder sereinement la route et de conduire en fonction de la configuration routière, des intempéries, de la circulation, les automobilistes martyrisés par les racket fiscaux ont leur attention et leur concentration détournées pour la surveillance des panneaux de LVF (Limitation de Vitesse Fiscale, 1 seul raté et c'est un risque de rançon).

    Cet aspect pervers de cette politique de répression intensive induit forcément accidentogène mais rapporte de l'argent gaspillés ensuite par ailleurs.

Votre réponse
Postez un commentaire