RMC

Yannick Jadot: "Si vous investissez sur le nucléaire, vous n’investissez plus sur les énergies renouvelables"

Le candidat à la présidentielle, Yannick Jadot, était l'invité des "Grandes Gueules" ce lundi sur RMC et RMC Story. Il a réaffirmé son ambition de sortir du nucléaire pour privilégier les énergies renouvelables, moins coûteuses.

"Il nous faut reprendre le fil de la grande aventure du nucléaire en France". Cette phrase du président de la République, Emmanuel Macron, alors qu’il annonçait un vaste plan de relance nucléaire la semaine dernière, a fait bondir le candidat écologiste à la présidentielle Yannick Jadot. S’il reconnaît que l’industrie du nucléaire est une industrie de pointe en France, il n’est plus audible de tout faire reposer sur le nucléaire selon lui.

"Le nucléaire, aujourd'hui, est une incroyable industrie française. En 20 ans, on a été capable d’investir et de construire 58 réacteurs. On a formé les meilleurs ouvriers, techniciens, ingénieurs de ce point de vue-là. C’est incontestablement une réussite. Mais aujourd’hui, vous avez un réacteur nucléaire qui est en construction à Flamanville. Il devait être mis en service en 2012, il ne sera pas mis en service avant 2025, s’il est mis en service. Il devait coûter 3,3 milliards d’euros. Selon la Cour des comptes, il est déjà à 20 milliards. Donc quand vous êtes face à un tel fiasco, l’enjeu, ce n’est pas de les multiplier, c’est d’en tirer les leçons et de ne pas promettre aux Français les réponses à leur pouvoir d’achat et à la crise climatique pour 2040, mais d’agir maintenant", explique-t-il ce lundi sur le plateau des "Grandes Gueules" sur RMC et RMC Story.

>> A LIRE AUSSI - Yannick Jadot: "Emmanuel Macron enferme la France pour un siècle dans le nucléaire"

"Moi ce dont j’ai envie, c’est que la France mette le même enthousiasme et la même intelligence au service des énergies qu’on va produire chez nous, qui sont peu dangereuses et qui sont moins chères que le nucléaire", ajoute Yannick Jadot.

Emmanuel Macron a également annoncé qu’il souhaitait développer les énergies renouvelables. Il a fixé l'objectif de doter la France d'une cinquantaine de parcs éoliens en mer pour "viser 40 gigawatts en service en 2050". Un seuil très ambitieux alors que le tout premier site doit commencer à fonctionner en avril, avec 10 ans de retard.

Ces promesses sont des effets d’annonce selon Yannick Jadot, qui juge qu’Emmanuel Macron fait exactement comme ses prédécesseurs. 

"Ça fait 20 ans que les présidents de la République qui se succèdent promettent des énergies renouvelables, mais la réalité, c’est que nous sommes le seul pays européen sur 27 à ne pas avoir respecté ses obligations en termes d’énergie renouvelable. Parce qu’à un moment donné, le nucléaire coûte tellement cher que si vous investissez sur le nucléaire, vous n’investissez plus sur les économies d’énergies dans les familles, dans leur logement et vous n’investissez plus sur les énergies renouvelables", détaille-t-il. 
Guillaume Descours