RMC

Législatives: quel visage pour le Rassemblement national sans alliance avec Eric Zemmour?

Dès son discours de défaite dimanche soir, Marine Le Pen a lancé la bataille des législatives. Du côté du RN, on affirme qu'aucune alliance ne sera faite avec Reconquête, le parti d'Eric Zemmour.

Deux jours après sa défaite, Marine Le Pen est en congé pendant une semaine. Mais ce n'est pas pour autant que la désormais ex-candidate lâche le combat, bien au contraire.

Dès son discours de campagne, elle a lancé la bataille pour les législatives pour se poser en leader de l'opposition. Ce mardi, le RN tient une commission d'investiture et devrait dévoiler d'ici la fin de la semaine les candidats qui se présentent dans les 577 circonscriptions.

Les cadres du RN sont très clairs. Il n'y aura aucun accord d'appareil pour les législatives. Hors de question donc pour les troupes de Marine Le Pen de faire alliance avec Reconquête, le parti d’Eric Zemmour. Ils ont encore en travers de la gorge les mots durs de l’ancien candidat à l'égard de Marine Le Pen le soir de sa défaite et regrettent surtout qu'ils ne reconnaissent pas Marine Le Pen comme la seule cheffe d'opposition.

Quelques exceptions

L'appel d'Eric Zemmour pour l'union d'un bloc national restera donc sans réponse. Même sort réservé aux cadres de Reconquête, dont Marion Maréchal, qui veulent rencontrer le RN en vue d'une coalition.

Seuls quelques cas particuliers pourraient faire l'objet de discussions. Stanislas Rigault, responsable des jeunes à Reconquête semble avoir les faveurs du RN, le nom de l'ex LR Guillaume Peltier, aujourd'hui chez Eric Zemmour, circule également.

Hélène Terzian avec Guillaume Descours