RMC
en direct

EN DIRECT Grève SNCF: après la levée du préavis, Elisabeth Borne salue "l'esprit de responsabilité"

Un mouvement de grève des contrôleurs impacte le trafic de la SNCF pour le week-end de Noël, avec notamment deux TGV sur cinq supprimés samedi et dimanche. Alors que 200.000 voyageurs sont concernés par ces annulations, le gouvernement met la pression pour trouver une issue au conflit, porté par un collectif de salariés non-syndiqués. Olivier Véran, porte-parole du gouvernement, appelle les grévistes à renoncer à leur grève ce week-end. La direction de la SNCF espère de son côté que le week-end du Nouvel An sera épargné. Elle propose des "mesures complémentaires" aux contrôleurs. Clément Beaune, le ministre des Transports, confirme la "galère" pour ce week-end mais a un "espoir sérieux" pour le prochain. En fin de matinée, la SNCF a annoncé la levée du préavis de grève pour le Nouvel An.

Elisabeth Borne "salue l'esprit de responsabilité"

La Première ministre, Élisabeth Borne, a salué vendredi "l'esprit de responsabilité" qui a prévalu à la signature d'un accord évitant une nouvelle grève dans les trains pour le Nouvel An, après celle du week-end de Noël.

"Je salue l'esprit de responsabilité qui prévaut ce matin à la SNCF en prévision du week-end du Nouvel-An. Le dialogue social permet toujours de trouver le meilleur chemin pour les salariés et les entreprises", a tweeté la cheffe du gouvernement.

Alerte info

L'ensemble des syndicats signent l'accord, préavis de grève levé pour le Nouvel An

L'ensemble des syndicats signent l'accord et le préavis de grève est levé pour le Nouvel An, a annoncé la SNCF ce vendredi matin. Cet accord "acte des mesures fortes pour une vraie reconnaissance du métier de chef de bord", a salué le groupe public dans un communiqué, indiquant malgré tout que "les perturbations resteront inchangées pour ce week-end". "Toutes les conditions sont maintenant réunies pour que l'ensemble des chefs de bord reprenne le travail", a ajouté la SNCF.

Plus d'informations ici.

Le président de SNCF Voyageurs est optimiste

Les nouvelles propositions formulées par la direction de la SNCF aux organisations syndicales jeudi soir pour régler le conflit des contrôleurs "devraient à mon sens emporter leur accord", a assuré le président de SNCF Voyageurs Christophe Fanichet, ce vendredi matin.

"Je pense qu'on a tout donné pour qu'aujourd'hui à midi, on puisse dire que ce projet d'accord nous permettra de sauver le week-end du Nouvel An", a déclaré le patron de la compagnie au micro de France Inter, évoquant des mesures "très fortes".

Alerte info

Clément Beaune appelle les syndicats à lever le préavis de grève pour le week-end du Nouvel An

Le ministre des Transports Clément Beaune a affirmé sur RMC-BFMTV, ce vendredi, que l'espoir d'une amélioration à la SNCF avant le week-end du Nouvel An est permis.

"On a un espoir depuis jeudi soir plus sérieux de sauver le week-end du Nouvel An. Je reste prudent parce qu’il y a des discussions qui sont en cours. Mais ce qui s’est passé hier soir est très important. Les quatre organisations syndicales etla direction ont eu 4h30 de discussions".

"Il y a des avancées sérieuses donc j’appelle maintenant les organisations syndicales à la responsabilité, de revenir voir la direction en disant ‘on est d’accord’, et de lever le préavis", a-t-il expliqué.

Clément Beaune sur RMC: "C’est la galère pour ce week-end"

“C’est la galère. Je sais qu’au moment où on se parle ce week-end de Noël était un répit attendu, mais qui n’est pas trouvé pour un certain nombre de familles", a indiqué le minsitre Clément Beaune, invité ce vendredi matin sur RMC et BFMTV.

Il a préféré prévenir les Français que la situation ne s'améliorera globalement pas tout au long du week-end. "La galère de ce week-end, elle est là, elle a été annoncée dès le début de semaine, c’est un moindre mal pour que l’organisation face à la galère soit la plus anticipée possible, mais ça ne compense pas évidemment le problème de train. C’est la galère pour ce week-end et ça ne va pas fondamentalement changer pour ce week-end, il faut être clair sur ce point", a-t-il précisé.

Il ajoute que des négociations sont en cours pour améliorer la situation en vue du week-end prochain pour ne pas ajouter "une crise à une crise".

Qui dit vrai sur les hausses de salaire à la SNCF?

>> Grève SNCF: les cheminots ont-ils vraiment eu 12% d’augmentation?

La SNCF parle de 12% d’augmentation pour les cheminots, dont les contrôleurs, qui disent qu’ils n’ont pas vu la couleur de cet argent. Alors, qui dit vrai ? Si l’on s’en tient à la stricte lecture du salaire sur la feuille de paye, à la date d’aujourd’hui, ce sont plutôt les cheminots qui ont raison. Les salaires ont été augmentés en moyenne en 2022 de 5,8 %, en janvier puis en juillet. C’est plus que la moyenne des salariés français. Mais en incluant les primes. Un calcul que contestent les cheminots.

La direction de la SNCF a proposé aux cheminots une revalorisation salariale de 5,9% en moyenne l’année prochaine, à l'issue des négociations annuelles obligatoires. Plus précisément, le groupe a proposé une augmentation générale de 2% pour tous, assortie d'une "revalorisation forfaitaire" de 600 euros bruts annuels, la majoration de diverses primes (travail de nuit, dimanche, jours fériés) et le paiement de 75% de l'abonnement transport au lieu de 50% actuellement.

Donc, si on regarde l’ensemble des revenus des cheminots, on aura bien une hausse de 12% de la rémunération. Mais en incluant les primes et sur deux ans.

Clément Beaune face à Apolline de Malherbe sur RMC-BFMTV

Ministre des Transports, Clément Beaune sera face à Apolline de Malherbe ce vendredi matin à 8h30 sur RMC-BFMTV.

>> Ecoutez RMC en direct

La situation à la gare Montparnasse ce vendredi matin

"On est loin du compte" avoue un syndicaliste présent à la réunion avec la SNCF

>> Prime, embauches... ce que propose la direction aux contrôleurs

La SNCF fait une geste pour les contrôleurs, en proposant 10 euros de plus par mois, soit une prime de 60 euros par mois aux chefs de bord. Le collectif de grévistes attend lui 250 euros. "On est assez loin du compte" avoue un syndicaliste présent à la réunion jeudi soir.  

Mais la direction met dans la balance deux autres mesures qu'elle estime "fortes": 200 créations de postes en plus l'an prochain, un statut unique et donc une meilleur reconnaissance du métier de chef de bord selon elle. 

Les grévistes n'ont pas souhaité réagir jeudi soir à ces propositions. Cet accord, les syndicats ont jusqu'à midi pour le signer ou non... et donc mettre fin à la grève.  

Mais, pour ce week-end de Noel, c'est déjà trop tard... Les trains resteront supprimés. La direction espère la signature d'un accord et le retour à la normale pour le week-end du Nouvel An.

(MO)

Les perturbations de trafic

Perturbations prévues ce vendredi 23 décembre 2022:

- 2 TGV sur 3 en circulation

- 3 Ouigo sur 4 en circulation

- 1 TER sur 2 en circulation

Ce week-end, la situation se dégrade légèrement, à raison de 3 TGV sur 5, 2 Ouigo sur 3 et 3 Intercités sur 4 en circulation. Les TER seront localement perturbés. 

Un autre préavis de grève court le week-end du Nouvel An, du vendredi 30 décembre 2022 au lundi 2 janvier 2023, dernier jour des vacances scolaires inclus. Pour le moment, les perturbations ne sont pas annoncées. 

La SNCF propose des "mesures complémentaires"

La direction de la SNCF a proposé jeudi soir des "mesures complémentaires" pour les contrôleurs afin d'éviter que leur grève ne se prolonge au Nouvel An, ont indiqué la direction du groupe et une source syndicale.

Les syndicats ont jusqu'à vendredi 12H pour se prononcer sur un "projet d'accord" qui propose "des mesures complémentaires fortes en faveur de la reconnaissance du métier de chef de bord, de la création de postes, et de la progression de leurs carrières", a indiqué la SNCF dans un communiqué.

La direction de la SNCF avait réuni jeudi soir par visioconférence les syndicats du groupe public, alors que près de la moitié des contrôleurs seront en grève en ce week-end de Noël, provoquant l'annulation de nombreux trains à partir de jeudi soir.

Les nouvelles propositions comprennent notamment la création d'une "ligne métier ASCT" (chef de bord), qui réunit tous les contrôleurs sous la même casquette, selon une source syndicale. 160 emplois supplémentaires devraient être créés dès 2023, et 40 emplois de plus "dans les trains sensibles". La prime spécifique des contrôleurs passerait par ailleurs de 600 à 720 euros bruts annuels.

Cette grève va coûter plusieurs millions d'euros

Une journée de grève coûte à la SNCF 20 millions d'euros en moyenne.

Les coûts supplémentaires sont liés au remboursement des billets et aux dédommagements. En revanche, les dépenses d'électricité, de carburants et les salaires des grévistes baissent.

Cette fois-ci, cette grève pourrait coûter bien plus. En effet, la SNCF a décidé de mettre le paquet sur les dédommagements.

Explications de ces coûts ici.

Emmanuel Macron veut mieux garantir la continuité du service public

Face à la grève des contrôleurs SNCF organisée par un collectif hors-syndicat, Emmanuel Macron a demandé ce jeudi matin en conseil des ministres à trouver des solutions pour maintenir l’accès au service public. "Le président de la République a évoqué la nécessité pour l’avenir de tenir compte de ce nouveau type de mouvement de grève qui échappe au dialogue social et qui impacte durement la permanence d’accès à un service public, indique Olivier Véran, le porte-parole du gouvernement. Le président de la République a invité la Première ministre et le gouvernement à réfléchir à la mise en place d’un cadre pour assurer la continuité des services publics en toutes circonstances."

Alerte info

Le gouvernement appelle les contrôleurs SNCF à renoncer à la grève

Olivier Véran, porte-parole du gouvernement, appelle ce jeudi les grévistes de la SNCF à renoncer à leur mouvement pour Noël. "Nous demandons à l’ensemble des personnes qui ont annoncé vouloir faire grève de renoncer à cette grève et d’entendre la demande légitime des Français de pouvoir retrouver leurs familles dans de bonnes conditions. L’ensemble du gouvernement est totalement mobilisé, d’abord pour accentuer le dialogue social à la SNCF. Mais nous rappelons que nous avons, dans un passé récent, totalement effacé la dette de la SNCF et que des hausses de salaires conséquentes ont déjà été annoncées et mises en place pour certaines d’entre elles. Nous sommes également mobilisés pour identifier toutes les solutions efficaces pour que les voyageurs privés de leur train puissent quand même rejoindre leur famille."

Plus d'informations ici.

Agnès Verdier-Molinié, directrice l'IFRAP, groupe de réflexion ultra-libéral, réagit à la grève

Agnès Verdier-Molinié, directrice de l'iFRAP, think tank (groupe de réflexion) ultra-libéral qui s'intéresse aux politiques publiques, estime que cette grève va faire gaspiller des millions d'euros.

"C'est une vingtaine de millions d’euros par jour pour la SNCF mais aussi pour l’économie française autour de 200 à 300 millions qui sont perdus et on n’en a pas les moyens", estime-t-elle.

"La grève n'est pas contrôlée. Est-ce que c’est normal de rembourser à 200 % ? Moi je trouve ça ridicule dans la mesure où le remboursement en numéraire va être de 100 % et ensuite ça va être des bons d’achat SNCF", ajoute-t-elle.

Selon elle, vu les dépenses faites par la collectivité pour financer la SNCF, le service devrait être meilleur. "Cela nous coûte très très cher, 18 milliards d'euros chaque année. Rien que pour la subvention d’équilibre des retraites des agents de la SNCF qui n’est pas du tout équilibrée c’est 3,3 milliards. On devrait avoir un service public de qualité avec les milliards qu’on met tous les ans."

Agnès Verdier-Molinié estime que les propositions de la direction sont satisfaisantes. Elle souhaiterait que "l'on s'inspire des autres pays où il y a un droit de grève, mais avec un encadrement".

Laurent Berger: "La CFDT ne soutient pas ce mouvement de grève"

SNCF: le coût de la grève

"Encore possible d'éviter que le week-end du jour de l'An soit gâché" selon le président de la SNCF

Le président de la SNCF Jean-Pierre Farandou en a appelé ce jeudi à "la responsabilité des chefs de bord TGV" pour qu'ils ne maintiennent pas leur mouvement de grève le week-end du Nouvel an.

"Pour ce week-end, c'est malheureusement trop tard (...) mais il n'y a pas de raison de punir deux fois les Français", a-t-il insisté sur RTL en évoquant le dernier week-end de l'année. "Je ne comprends pas cette grève. Il n'y a aucun appel à la grève d'aucun syndicat", a-t-il ajouté, précisant qu'il recevrait les syndicats dès vendredi pour tenter de trouver une issue à la crise.

"J'ai plus de 40 ans de maison, j'en ai vu des grèves, mais je n'en ai pas beaucoup vu le jour des départs comme ça", a déclaré le patron du groupe public. "C'est quand même très inédit".

Grève SNCF: comment obtenir le remboursement à 200% en cas d'annulation de train

Pour dédommager les voyageurs, la SNCF a annoncé un remboursement à 200% pour tous les usagers dont le train est annulé, qu'ils aient échangé leur billet ou annulé leur voyage. Soit un bon d'achat de deux fois la valeur de leur billet.

>> Tous les détails sur ce remboursement

Un responsable CGT dénonce "les chiffres complètement fantaisistes" d'Olivier Véran sur les augmentations de 12%

>> Grève SNCF: "Personne n’a été augmenté de 12%", un syndicaliste dénonce les propos d’Olivier Véran

Olivier Véran, porte-parole du gouvernement, a déploré la grève des contrôleurs de la SNCF pour ce week-end de Noël, en affirmant notamment qu'ils avaient reçu une augmentation de salaire "de 12%" en "un peu moins de deux ans".

Des chiffres "complètement fantaisistes" selon Axel Persson, secrétaire général CGT Cheminots de Trappes. "Ce n’est pas ce qui se traduit sur notre fiche de paie, assure-t-il dans ‘Apolline Matin’ ce jeudi sur RMC et RMC Story. C’est une technique bien connue de la part du gouvernement, qui sait que ces chiffres sont complètement fantaisistes. Personne n’a été augmenté de 12%, à part peut-être dans la direction de l’entreprise. Mais aucun cheminot, ni conducteur, ni contrôleur, ni ceux aux guichets qui vendent les billets, n’a été augmenté de 12%. Ces déclarations-là sont faites pour énerver. Je crois que le gouvernement le sait très bien. Ça s’inscrit dans sa stratégie de chercher l’épreuve de force, de tendre jusqu’au bout les positions, pour espérer obtenir une victoire par KO. Pour l’instant, les grévistes ne mettent pas le genou à terre."

Le gouvernement met la pression à la SNCF et aux grévistes

Emmanuel Macron a poussé un coup de gueule et demandé à ses ministres de faire le maximum sur la grève à la SNCF.

Depuis, les ministres multiplient les coups de pression à la SNCF et aux grévcites.

"Ce que nous attendons de la direction de la SNCF aujourd'hui, c'est qu'elle trouve une solution dans les prochaines heures, je dis bien dans les prochaines heures. C'est ça la responsabilité de la direction de la SNCF, elle a le soutien de l'État, elle doit trouver les voies et moyens de sortir de ce conflit", a déclaré Bruno Le Maire sur Sud Radio.

"Cela abîme le droit de grève"

Faire grève à Noël est "incompréhensible et injustifiable", a regretté le ministre des Transports Clément Beaune.

De son côté, Christophe Béchu, ministre de la Cohésion des territoires, s'est insurgé sur le plateau de France 2 jeudi soir. "Je pense que décider de faire grève un 24 et un 25 décembre, cela abîme le droit de grève. Après les années que l'on a connues, il y a ce besoin de se retrouver. (...) 200.000 Français qui ne vont pas pouvoir prendre leur train pour passer Noël avec leurs proches, ce n'est pas digne."

Des régions plus touchées que d'autres

Mercredi soir, la SNCF a annoncé un plan de transport légèrement dégradé pour samedi et dimanche par rapport aux prévisions initiales avec deux TGV sur cinq supprimés - au lieu de un sur trois dans un premier temps.

Deux TGV sur trois devraient circuler sur les axes Atlantique et Méditerranée, un train sur deux sur l'axe Nord (le Paris-Lille est annoncé quasiment normal).

Trois trains sur cinq devraient circuler sur les axes Est et Sud-Est/Méditerranée. Seulement deux Ouigo sur trois circuleront.

3 trains sur 4 pour les Intercités

Les TGV entre gares de province seront beaucoup touchés avec un train sur deux seulement. Les Intercités rouleront à une fréquence de trois trains sur quatre.

Il n'y aura qu'un train sur deux vers l'Espagne, deux sur trois vers l'Italie et trois sur quatre sur le Lyria (entre la France et la Suisse).

Grève à la SNCF: pourquoi le collectif de contrôleurs fait-il grève?

Un collectif de contrôleurs a lancé un mouvement de grève à la SNCF. Pour ce week-end de Noël, deux TGV sur cinq sont supprimés. Selon l'entreprise, 200.000 voyageurs seront privés de train pour rejoindre leurs proches.

Les contrôleurs et la direction négocient depuis un mois mais ils ne se sont pas encore mis d'accord.

Les contrôleurs demandent des revalorisations salariales. La direction a proposé 2% d'augmentation sur l’année 2023 à tous les salariés, avec une prime de 600€ brut par an. À destination uniquement de ces contrôleurs, la SNCF propose une augmentation de leur prime de chef de bord d’un montant de 600€.

1/4 de la rémunération ne compte pas pour la retraite

Ces montants sont trop faibles pour le collectif de contrôleurs. "Cela fait 38€ net par mois, ce n'est pas à la hauteur", dit-on dans les rangs des grévistes.

Autre point de crispation: les primes touchées par les contrôleurs.

Un quart de la rémunération touchée par les contrôleurs est perçue sous forme de prime. C’est par exemple le cas de la prime du dimanche, de la prime de déplacement, et bien d’autres encore. Sauf qu'en cas d'arrêt maladie ou de départ à la retraite, ces primes ne sont pas prises en compte.

Le collectif demande donc à la direction d'intégrer ces primes au salaire comme pour les conducteurs de train.

Plus d'informations ici.

RMC