RMC

Gérard Filoche: "Hamon et Mélenchon sont les deux dirigeants de gauche les plus bêtes du monde"

Invité dans Bourdin Direct ce mardi, Gérard Filoche, membre du bureau national du Parti socialiste, estime que la reconstruction doit se faire, entre autres, avec Jean-Luc Mélenchon.

Après le quinquennat Hollande, la gauche a subi, dimanche, la plus lourde défaite de son histoire aux élections législatives. Créditée de moins de 10% des voix, le Parti socialiste est au bord de l'implosion et pourrait voir son nombre de sièges à l'Assemblée divisé par 10. Invité dans Bourdin Direct, Gérard Filoche, membre du bureau national du parti, pose un bilan très dur de la politique de François Hollande pour expliquer l'échec aux élections. 

"Le coupable, c’est la politique suivie. On a dit qu’on allait s’attaquer à la finance et on a fait le lit de la finance. On a dit qu’on allait contrôler les licenciements et on a facilité les licenciements. On a dit qu’on allait lutter contre le chômage et il y a 1,3 million de chômeurs en plus. On a dit qu’on allait renforcer le code du travail et il a été cassé par la loi El Khomri. C’est le contraire d’une politique de gauche qu'on a mené, mais une politique de droite. C’est ce que j’appelle aller dans le mur. C’est pour ça qu’on perd".

Gérard Filoche affirme, qu’en plus de ses mises en garde sur le danger de disparition du parti, il a tout fait pour que Benoit Hamon et Jean-Luc Mélenchon s’unissent avant la présidentielle. "On a essayé de sauver le Parti socialiste. On s’est battu pendant 18 mois pour qu’il y ait un accord entre Jean-Luc Mélenchon et Benoit Hamon. Je suis sûr que s’il y avait eu un accord, on serait au pouvoir aujourd’hui. Mais les deux n’ont pas voulu. Je les aime bien mais ce sont les deux dirigeants de gauche les plus bêtes du monde. S’ils s’étaient entendus, on n’aurait pas Macron. Les gens n’ont pas bien compris que Macron ce n’était pas le centre, c’est Thatcher. En matière économique et sociale, il va faire de l’extrême droite. Non seulement il va casser le code du travail mais en plus, il va casser le salaire brut. Les salariés vont payer à la place du capital".

Gérard Filoche explique ensuite sa vision d’un nouveau Parti socialiste, et appelle à soutenir Jean-Luc Mélenchon à Marseille.

"Il y a un nouveau besoin de gauche et il faut la reconstruire. Il faut la reconstruire avec Mélenchon, avec les Verts et avec le Parti communiste. Je suis pour le désistement réciproque dimanche prochain. J’appelle à voter Mélenchon à Marseille si j’ai un quelconque pouvoir, et j’appelle à voter François Ruffin. Je suis aussi pour que tous les militants socialistes qui sont de gauche, et qui se sont battus contre le gouvernement Hollande, soient réélus. Par contre j’ai une ambiguïté avec madame El Khomri. La gauche doit être contre Macron, elle ne peut pas être ambiguë. Si Cambadélis abandonne le nom du Parti socialiste, je le reprends, pour en faire une idée neuve. Il faut le reprendre de façon saine avec ses fondamentaux".
Bourdin Direct avec A. B.