RMC

Inflation, Ukraine, sécheresse, grippe aviaire: la FNSEA demande des aides pour les agriculteurs

Entre le conflit en Ukraine, l’inflation, la grippe aviaire et maintenant la sécheresse, les agriculteurs voient leurs coûts de production augmenter. Et cela se répercute sur les consommateurs. Pour Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, ses hausses des prix sont justifiées. Mais elle demande sur RMC la mise en place d’un chèque alimentaire pour aider les plus modestes.

Entre le conflit en Ukraine, la hausse des prix de l’énergie, l’épidémie de grippe aviaire particulièrement sévère cette année, et maintenant la sécheresse, les agriculteurs cumulent les aléas. Et cela a des conséquences sur les prix de l’alimentation.

"Il y a une augmentation de tout: les charges, encore plus qu’auparavant, le gaz, l’énergie, l’emballage, le carton, l’acier... Pour les agriculteurs et les industriels, produire coûte plus cher. Donc nous voulons pouvoir répercuter ces hausses auprès des distributeurs", a déclaré Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, jeudi matin sur RMC. "Si on veut maintenir les entreprises et l'agriculture en France, il faut accepter ces hausses", a-t-elle insisté.

Si on veut maintenir les entreprises et l'agriculture en France, il faut accepter ces hausses.

"Un chèque alimentaire dans les 200 premiers jours du quinquennat"

Face à ces hausses de prix qui se répercutent sur les consommateurs, Christiane Lambert demande l’aide de l’Etat: "le gouvernement doit mettre en place le chèque alimentaire le plus vite possible. Et c’est dans les 200 premiers jours (du quinquennat) qu’il faut le faire", insiste-t-elle.

Pendant la campagne présidentielle, Emmanuel Macron avait promis un chèque alimentaire, sur le modèle du chèque énergie, pour aider les ménages les plus modestes et les classes moyennes à faire les courses. Une manière de compenser la hausse des prix, de booster le pouvoir d'achat des Français et qui viserait aussi à inciter à acheter français, "en circuit court". Mais les modalités restent encore à définir. Un texte pourrait être présenté début juillet.

Il y a eu des aides pour les agriculteurs, mais la flambée des prix va plus vite que les aides.

"Il y a eu une augmentation du SMIC et un chèque énergie. Le gouvernement a pris des mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des Français. Il y a eu des aides pour les agriculteurs, mais la flambée des prix va plus vite que les aides", a aussi regretté Christiane Lambert.

LL