RMC
en direct

EN DIRECT - Election présidentielle 2022: une cinquantaine de sportifs appellent à voter Macron

Le second tour de l'élection présidentielle 2022 aura lieu le 24 avril. Emmanuel Macron et Marine Le Pen sont les deux candidats en lice, comme en 2017. Avant d'attaquer sa concurrente sur ses propos sur le Covid et l'Europe, le président sortant a reçu le soutien de Nicolas Sarkozy et Lionel Jospin, ce mardi. Marine Le Pen, elle, a fait une conférence de presse pour présenter son programme et attaquer son rival.

Fin du direct

C'est la fin de ce live, merci de l'avoir suivi.

Ce qu'il faut retenir:

Nicolas Sarkozy votera Emmanuel Macron au second tour

Face à la presse, Marine Le Pen tacle Emmanuel Macron et son "carnage social

Jean-Luc Mélenchon avait prévu un meeting dans la nuit de dimanche en cas de qualification

Près de 30 bureaux ont fermé après 20h à Paris

Une trentaine de bureaux de vote parisiens ont fermé après l'heure légale de 20h00 dimanche lors du 1er tour de l'élection présidentielle, a indiqué mardi la mairie de Paris, qui explique cette situation "exceptionnelle" mais légale par une "forte affluence en fin de journée" et un déficit d'assesseurs.

"La clôture des opérations de vote au-delà de 20h correspond à une situation exceptionnelle qui a concerné (...) moins de 30 bureaux répartis sur neuf arrondissements", a indiqué à l'AFP la mairie, qui comptait pour cette élection 899 bureaux de vote contre 896 en 2017.

Emmanuel Macron en meeting à Marseille samedi

Le président-candidat Emmanuel Macron tiendra un meeting au palais du Pharo à Marseille ce samedi dans le cadre de la campagne d'entre deux tours, a appris BFMTV ce mardi, confirmant une information de La Provence.

Alerte info

Une cinquantaine de sportifs appellent à voter Emmanuel Macron pour faire barrage à l'extrême droite

La judokate Clarisse Agbégnénou, les cyclistes Romain Bardet et Thibaut Pinot, le boxeur Souleymane Cissokho, le rugbyman Antoine Dupont, l'ancien tennisman Yannick Noah, ou encore les footballeurs Dimitri Payet et Blaise Matuidi ainsi que les internationales Amandine Henry et Eugénie Le Sommer...

Dans une tribune publiée conjointement par Le Parisien et France Info, une cinquantaine de sportifs et sportives appellent ce mardi à voter pour Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle pour faire barrage à l'extrême droite de Marine Le Pen.

"Nous, sportives et sportifs français de tous horizons et de toutes disciplines, ne pouvons imaginer que ce moment historique soit marqué du sceau d’une présidence d’extrême droite, expliquent-ils. Si nous sommes pleinement conscients des difficultés que traversent de nombreux Français, nous avons la conviction que le vote pour un parti qui mettrait en danger les valeurs républicaines serait le pire des remèdes. Le sport auquel nous croyons, celui des valeurs de l’olympisme, est fait d’amitié et de respect ; il est le lieu de la mixité. Il refuse toutes les discriminations. (...) C’est parce que nous croyons en ce sport-là, fraternel et inclusif, que nous nous engageons pour éviter que notre nation place à sa tête une présidente qui incarne tout le contraire, la stigmatisation de l’autre, le repli sur soi, le nationalisme. Et que nous appelons donc à voter pour Emmanuel Macron le 24 avril prochain."

Jean-Luc Mélenchon avait prévu un meeting dans la nuit de dimanche en cas de qualification

Le candidat de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon, avait prévu de tenir un meeting à Paris dans la nuit de dimanche à lundi, en cas de qualification au second tour de l'élection présidentielle.

Tout était prêt pour remplir les 2000 places du Cirque, les caméras étaient installées pour une retransmission vidéo, drapeaux et pancartes disposés sur les sièges. Le meeting aurait eu lieu très tard, le temps de faire venir les militants des 4 coins de l'Île-de-France

SMS du parti de Zemmour aux Français de confession juive: une enquête pénale ouverte

Une enquête préliminaire a été ouverte mardi à Paris après la plainte de deux associations sur un démarchage par SMS du parti d'Éric Zemmour ciblant des électeurs français de confession juive à la veille du premier tour de la présidentielle, a indiqué mardi à l'AFP une source proche du dossier. Sollicité par l'AFP, le parquet de Paris a confirmé l'ouverture de cette enquête pour des infractions relatives à des données à caractère personnel.

Au lendemain du premier tour de l'élection présidentielle, deux associations avaient décidé de saisir la justice contre le candidat de Reconquête!. Elles reprochent au candidat l'envoi de SMS à destination de la communauté juive en amont de la trêve électorale.

Christian Estrosi appelle Emmanuel Macron à construire "un gouvernement d'union populaire"

En cas de réélection d'Emmanuel Macron, Christian Estrosi veut un gouvernement d'union républicaine". Le maire de Nice, qui soutient le président sortant, veut voir "tous ceux qui ont clairement appelé à voter Emmanuel Macron, participer à la conduite des affaires de notre pays pendant les cinq prochaines années".

"Le moment est venu de mettre en place un gouvernement d’union républicaine, sans pour autant dévoyer l’esprit du projet porté par notre candidat", ajoute-t-il sur Twitter.

Alerte info

Europe: "Madame Le Pen raconte comme d’habitude des carabistouilles" selon Emmanuel Macron

Emmanuel Macron: "Je crois dans l’Europe, nous l’avons changée dans les cinq années qui viennent de s’écouler. Nous avons fait, en Européens, des choses qui ont changé la vie nos compatriotes, du vaccin jusqu’à la mutualisation de dépenses communes. Madame Le Pen raconte comme d’habitude des carabistouilles. Elle explique qu’elle ne payera pas la facture du club, qu’elle en changera les règles toute seule. Il y en a qui ont essayé, ils ont eu des problèmes. Ça veut dire qu’elle veut en sortir, mais qu’elle n’ose plus le dire. Ce n’est jamais bon. Elle a même mis dans son programme qu’elle voulait faire une alliance entre nations, donc elle veut sortir de l’Europe, sans doute avec ses amis. Si elle veut faire une alliance avec la Hongrie et la Pologne, ce sera un drôle de club. Je pense que ce n’est pas bon pour la France, pour l’Europe."

>> Emmanuel Macron dénonce les "fantaisies" sur le Covid et les "carabistouilles" sur l'Europe de Marine Le Pen

Emmanuel Macron "plutôt favorable au septennat"

Emmanuel Macron : "Je pense que le septennat est un bon rythme pour la présidentielle, que c’est une bonne respiration par rapport au rythme des législatives et au temps dont a besoin la présidence sur les grandes questions internationales. Donc oui, je suis plutôt favorable au septennat. Sur le caractère renouvelable ou pas, ça dépend du peuple. Je laisserais plutôt le peuple décider. On peut limiter dans le temps mais dire que c’est une fois, c’est étrange. Faire une réforme constitutionnelle dans notre pays suppose de rassembler largement toutes nos forces politiques. Je le dis avec beaucoup d’humilité, ça fait partie des engagements que j’ai pris il y a cinq ans sur lesquels je n’ai pas réussi à aller jusqu’au bout. Je n’ai pas réussi à aller au-delà des blocages politiques, parfois très partisans, qui ont pu exister. La bonne réforme constitutionnelle, c’est celle qui a un minimum de consensus entre ces formations politiques. Ce n’est pas vrai qu’on peut réviser la Constitution de manière directe. Il faut passer par les deux chambres, il faut respecter notre Constitution."

Alerte info

Emmanuel Macron tacle les "fantaisies" de Marine Le Pen pendant la crise Covid

Emmanuel Macron : "Choisir quelqu’un pour présider un pays, c’est évidemment choisir un responsable politique pour appliquer un programme, mais c’est aussi présider pendant les crises. Je n’oublie pas ce que Madame Le Pen a dit constamment pendant la crise du Covid. Elle allait soigner les gens avec la chloroquine. Elle allait vacciner massivement avec un vaccin russe dont même l’Organisation mondiale de la santé a déclaré qu’il n’était pas efficace. Et elle a critiqué assez méthodiquement toutes les décisions prises par le gouvernement, sans lesquelles nous n’aurions pas tenu. Il ne faut pas constamment suivre le vent et être dans la démagogie. Ça peut marcher quand il n’y a pas de pression. Pendant les crises, ça peut être fatal. Je remercie tous les personnels de santé d’avoir tenu pendant la crise mais je veux aussi dire que nous avons tenu un cap, même quand il n’était pas populaire, que nous n’avons pas cédé à l’esprit du temps et à la démagogie, que nous n’avons pas cédé aux influences étrangères. Et nous n’avons jamais cédé aux fantaisies. Ce ne fut pas le cas de Madame Le Pen quand elle a eu à s’exprimer pendant la crise Covid."

Marine Le Pen plaide pour un septennat non renouvelable

En lice face à Emmanuel Macron au second tour de l'élection présidentielle, Marine Le Pen a plaidé pour un septennat non renouvelable contre les deux quinquennats de suite en vigueur actuellement.

Ces sept ans permettraient de rendre "son prestige" au président de la République et favoriserait "un action longue" et écartant une campagne présidentielle "permanente".

"Il n'y a pas de journalistes chez Quotidien", lance Marine Le Pen

En conférence de presse, Marine Le Pen a justifié le bannissement des journalistes de Quotidien, l'émission diffusée sur une chaîne du groupe TF1, de son rassemblement au soir du premier tour de la présidentielle.

"Il n'y a pas de journalistes chez Quotidien. Ce n'est pas une émission d'information. Quotidien, c'est un amuseur, parfois très drôle d'ailleurs. Il y a parfois tellement de monde, que nous préférons accréditer les journalistes que des amuseurs", a-t-elle lancé.

"Je suis chez moi donc dans mon QG et dans mon mouvement, c'est moi qui décide et j'assume. J'ai décidé il y a plusieurs années de ça, que Quotidien était une émission de divertissement et que je n'avais pas à les accréditer", a conclu Marine Le Pen.

Peine de mort: "Il n'y a pas de débat interdit", assure Marine Le Pen

Interrogée sur un rétablissement de la peine de mort en cas d'élection, la candidate du Rassemblement national Marine Le Pen a estimé qu'aucun débat n'était interdit: "Rien ne me choque, il n'y a pas de débat interdit en démocratie".

Personnellement, Marine Le Pen s'est dit contre un tel rétablissement: "J'interviendrai pour dire que je suis contre, pour dire que rétablir la peine de mort ne serait pas utile si on applique comme je le souhaite la perpétuité réelle".

Marine Le Pen ne prendra pas Marion Maréchal dans son gouvernement en cas d'élection

La candidate du Rassemblement national ne prendra pas sa nièce Marion Maréchal dans son gouvernement en cas de victoire au second tour de la présidentielle: "Non, je ne prendrai pas Marion Maréchal dans mon gouvernement", a-t-elle assuré.

Après avoir refusé de briguer un nouveau mandat de député en 2017, Marion Maréchal avait démissionné de son mandat de conseillère régionale FN de PACA.

Mais elle est sortie de sa retraite politique cette année pour soutenir et rejoindre le candidat d'extrême droite Eric Zemmour.

Pas d'Anne-Sophie Lapix pour le débat d'entre-deux-tours

Selon Le Parisien, Léa Salamé et Gilles Bouleau présenteront le débat d'entre-deux-tours entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, qui aura lieu le 20 avril. Les candidats ont refusé la présence d'Anne-Sophie Lapix.

Alerte info

Marine Le Pen ironise sur le soutien de Sarkozy à Macron

La candidate du Rassemblement national Marine Le Pen, a ironisé sur le soutien de Nicolas Sarkozy l'ancien chef de l'Etat à Emmanuel Macron en vue du second tour.

"Qu'il appelle à me faire battre peut me faire gagner des voix", a-t-elle lancé à l'occasion d'une conférence de presse à Vernon, dans l'Eure. "Je suis étonnée qu'il ne le fasse qu'au premier tour", a ajouté Marine Le Pen.

Le dilemme des électeurs de Jean-Luc Mélenchon

Les 7 millions d'électeurs de Jean-Luc Mélenchon, candidat malheureux au premier tour de la présidentielle, sont désormais les arbitres du second qui opposera Marine Le Pen à Emmanuel Macron. Mais le choix est difficile.

Emmanuel Macron remercie Nicolas Sarkozy

Emmanuel Macron s'est dit "honoré" du soutien de Nicolas Sarkozy. "Je le remercie de sa confiance et de son soutien", "ça m'honore et ça m'oblige", a expliqué le président sortant ce mardi.

Lionel Jospin, Bernard Delanoë et Bernard Cazeneuve vont voter pour Emmanuel Macron

En plus de celui de Nicolas Sarkozy, Emmanuel Macron a reçu le soutien ce mardi de plusieurs grandes figures socialistes. Lionel Jospin, l'ancien Premier ministre (1997-2002), votera pour le président sortant pour "écarter" Marine Le Pen. Tout comme Bertrand Delanoë, l'ancien maire de Paris, et Bernard Cazeneuve, l'ancien Premier ministre et ministre de l'Intérieur.

Nicolas Sarkozy apporte son soutien à Emmanuel Macron

Il n'avait pas soutenu Valérie Pécresse, la candidate des Républicains, avant le premier tour. Une absence qui a sans doute coûté cher à la présidente de la région Ile-de-France, qui a connu un fiasco en ne parvenant pas à atteindre la barre des 5%, synonyme de remboursement des frais de campagne. Mais ce mardi, Nicolas Sarkozy est sorti de sa réserve médiatique. Comme attendu, il a annoncé dans un message publié sur les réseaux sociaux qu'il votera pour Emmanuel Macron au second tour le 24 avril.

"Je voterai pour Emmanuel Macron parce que je crois qu’il a l’expérience nécessaire face à une grave crise internationale plus complexe que jamais, parce que son projet économique met la valorisation du travail au centre de toutes ses priorités, parce que son engagement européen est clair et sans ambiguïté", a écrit l’ancien président de la République.

Emmanuel Macron prêt à assouplir sa position sur la retraite à 65 ans

Dans le Nord, ce lundi, Emmanuel Macron a ouvert la porte à un assouplissement de sa réforme de la retraite, qu'il espère repousser à 65 ans. "Je ne veux pas diviser le pays", a affirmé le président.

Emmanuel Macron - Marine Le Pen : le duel du second tour de l’élection présidentielle 2022

Le verdict du premier tour de l’élection présidentielle 2022 est tombé dimanche soir. Avec 27,84%, Emmanuel Macron a fini en tête. Le président sortant a devancé Marine Le Pen (23,15%), qu’il affrontera donc de nouveau au second tour le 24 avril, comme en 2017. Les deux candidats ont lancé le duel, avec des déplacements dès ce lundi. Emmanuel Macron s’est rendu dans le Nord, à Denain, sur les terres électorales de sa rivale. La leader du RN a elle opté pour l’Yonne et un village où elle est arrivée en tête au premier tour.

>> Toutes les infos du premier tour

Résultats définitifs du premier tour:

1er - Emmanuel Macron : 27,84%

2e - Marine Le Pen : 23,15%

3e - Jean-Luc Mélenchon : 21,95%

4e - Eric Zemmour : 7,07%

5e - Valérie Pécresse : 4,78%

6e - Yannick Jadot : 4,63%

7e - Jean Lassalle : 3,13%

8e - Fabien Roussel : 2,28%

9e - Nicolas Dupont-Aignan : 2,06%

10e - Anne Hidalgo : 1,75%

11e - Philippe Poutou : 0,77%

12e - Nathalie Arthaud : 0,56%

Laurent Picat et Guillaume Dussourt